A votre disposition un nouvel onglet

"vivre ma foi"

avec des prières, des textes à méditer, des liens vers d'autres sites pour accompagner vos temps de prière personnelle, des propositions pour les enfants et les jeunes.

Informations importantes

Depuis le week-end de la Pentecôte, les messes ont repris, dans les églises où les conditions sanitaires obligatoires sont réunies. Voir les lieux et les horaires en bas de page.

La messe du vendredi soir à 18h aura lieu dans le choeur de l'église St Maurice à Pfastatt, uniquement sur appel, au 03 89 52 39 42. Nombre de places limité à 10.

L'église St Antoine, à Bourtzwiller, est ouverte, tous les jours de 9h à 17h30. L'église Ste Catherine, à Richwiller est ouverte, tous les jours de 10h à 19h.

Les permanences continueront sous forme téléphonique jusqu'à fin Septembre. Un créneau d'accueil en direct, sur rendez-vous téléphonique préalable, est proposé chaque mardi de 9 heures à midi et chaque vendredi de 15 à 18 heures, au presbytère St Antoine, à partir du 6 juillet. Si vous avez besoin de parler, de vous confier, laissez vos coordonnées, un prêtre vous rappellera.

Nous poursuivons la publication sur cette page, de la lettre de l'EAP, des textes du dimanche, d'un commentaire et des prières universelles.

Pour plus d'information vous pouvez télécharger ce document

Numéro vert pour proposer une écoute à tous ceux qui souhaitent parler

Infos

Comme chaque fin de semaine, voici la lecture et l’Evangile du dimanche, ainsi qu’un commentaire rédigé par Apollinaire, et des intentions de prière.

Les célébrations à l’église ont repris ; si nous ne pouvons pas nous rendre aux offices, et souhaitons prier là où nous sommes, nous restons en lien avec nos prêtres, en communion les uns avec les autres, avec une pensée pour nos malades, les défunts et leurs familles que nous avons accompagné dans la semaine.

Vous retrouverez les textes et le commentaire du dimanche sur notre site, ainsi que des propositions prières, et textes à méditer, des documents pour les enfants et les jeunes dans l’onglet « Vivre ma foi ».

13e dimanche du temps ordinaire 28 juin 2020

Lecture du deuxième livre des Rois (4, 8-11. 14 -16a)

« Celui qui s’arrête chez nous est un saint homme de Dieu »

Un jour, le prophète Élisée passait à Sunam ; une femme riche de ce pays insista pour qu’il vienne manger chez elle. Depuis, chaque fois qu’il passait par là, il allait manger chez elle. Elle dit à son mari : « Écoute, je sais que celui qui s’arrête toujours chez nous est un saint homme de Dieu. Faisons-lui une petite chambre sur la terrasse ; nous y mettrons un lit, une table, un siège et une lampe, et quand il viendra chez nous, il pourra s’y retirer. » Le jour où il revint, il se retira dans cette chambre pour y coucher. Puis il dit à son serviteur : « Que peut-on faire pour cette femme ? » Le serviteur répondit : « Hélas, elle n’a pas de fils, et son mari est âgé. » Élisée lui dit : « Appelle-la. » Le serviteur l’appela et elle se présenta à la porte. Élisée lui dit : « À cette même époque, au temps fixé pour la naissance, tu tiendras un fils dans tes bras. » – Parole du Seigneur.

Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Romains (6, 3-4. 8-11)

« Unis, par le baptême, à la mort et à la résurrection du Christ »

Frères, ne le savez-vous pas ? Nous tous qui par le baptême avons été unis au Christ Jésus, c’est à sa mort que nous avons été unis par le baptême. Si donc, par le baptême qui nous unit à sa mort, nous avons été mis au tombeau avec lui, c’est pour que nous menions une vie nouvelle, nous aussi, comme le Christ qui, par la toute-puissance du Père, est ressuscité d’entre les morts. Et si nous sommes passés par la mort avec le Christ, nous croyons que nous vivrons aussi avec lui. Nous le savons en effet : ressuscité d’entre les morts, le Christ ne meurt plus ; la mort n’a plus de pouvoir sur lui. Car lui qui est mort, c’est au péché qu’il est mort une fois pour toutes ; lui qui est vivant, c’est pour Dieu qu’il est vivant. De même, vous aussi, pensez que vous êtes morts au péché, mais vivants pour Dieu en Jésus Christ. – Parole du Seigneur

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu (10, 37-42)

« Celui qui ne prend pas sa croix n’est pas digne de moi. Qui vous accueille m’accueille »

En ce temps-là, Jésus disait à ses Apôtres : « Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n’est pas digne de moi ; celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi n’est pas digne de moi ; celui qui ne prend pas sa croix et ne me suit pas n’est pas digne de moi. Qui a trouvé sa vie la perdra ; qui a perdu sa vie à cause de moi la trouvera. Qui vous accueille m’accueille ; et qui m’accueille accueille Celui qui m’a envoyé. Qui accueille un prophète en sa qualité de prophète recevra une récompense de prophète ; qui accueille un homme juste en sa qualité de juste recevra une récompense de juste. Et celui qui donnera à boire, même un simple verre d’eau fraîche, à l’un de ces petits en sa qualité de disciple, amen, je vous le dis : non, il ne perdra pas sa récompense. »

Commentaire – 13ème dimanche ordinaire (28juin 2020)

« Celui qui ne prend pas sa croix pour me suivre n'est pas digne de moi... Qui vous accueille m’accueille…et accueille Celui qui m’a envoyé ».

Dans l’Évangile d’aujourd’hui, Jésus utilise des formules lapidaires qui dictent des exigences fortes et radicales : « Qui aime son père ou sa mère plus que moi n’est pas digne de moi », « Qui ne prend pas sa croix et ne me suit pas n’est pas digne de moi », « Qui veut garder sa vie la perdra ». En entendant ces mots, nous sommes déconcertés, mais en creusant un peu plus, nous comprenons la leçon que le Seigneur veut nous donner : pour le chrétien, le seul absolu est Dieu et son Royaume. Chacun doit trouver sa vocation – c'est peut-être la tâche la plus difficile de toutes – et la suivre fidèlement. Si un(e) chrétien(ne) a une vocation matrimoniale, il doit se rendre compte que mener à bien sa vocation consiste à aimer sa famille comme le Christ aime l'Église.

L’amour vrai est exigeant


Jésus ne cherche pas à négliger l’amour que nous devons à nos parents. Au contraire, dans un autre passage de l’Évangile, il dénonce l’hypocrisie de certains pharisiens qui, sous prétexte de servir Dieu, privent leurs familles de leur héritage légitime (Mc 7,11-13). Dans ce passage, il nous invite à aimer nos proches, non point selon les critères de la terre, mais à la manière de Dieu. Cette façon d’aimer, nous la découvrons dans la lettre aux Romains : « Pensez que vous êtes morts au péché, et vivants pour Dieu en Jésus Christ ». Par le baptême, nous mourons au mal pour ressusciter à une vie nouvelle. Et dans le domaine des affections familiales, adopter un comportement nouveau c’est aimer dans l’ordre. Il y a des hiérarchies dans l’amour. Il n’y a pas d’amour vrai sans des choix exigeants. Nous admettons tous qu’il est anormal d’aimer plus sa voiture que sa femme, de préférer son chien à son enfant ou la télévision à un dialogue familial ! Jeanne d’Arc, commentant l’exigence de Jésus par cette phrase célèbre « Messire Dieu premier servi ! », nous donne une des lois les plus importantes de l’amour. En aimant éperdument Dieu par-dessus tout, nous donnons à tous nos autres amours leur socle solide. Dieu d’abord, le reste après.

L’amour vrai est accueillant
Nous avons toujours tendance à nous évader dans de belles idées. Jésus, lui, ramène toujours au concret et à la simplicité. Il parle d’« accueillir », de « donner un simple verre d’eau fraîche ». La femme de Sunam invitait le prophète Élisée « pour qu’il vienne manger chez elle » (2Rois 4,8). Dans notre monde d’anonymat, ces simples gestes d’hospitalité ne sont pas si faciles. Accueillir l’autre et se laisser accueillir par lui, ouvrir sa porte et ne pas fermer son cœur : ce ne sont pas là des actions d’éclat, mais des gestes modestes qui sauvent le monde. « Il n’y a pas de petits rôles, il y a de petits acteurs », disait la grande tragédienne du début du XXe siècle, Sarah Bernhardt. On pourrait transposer en disant : Il n’y a pas de petites choses, il n’y a pas de petits gestes, il n’y a que de petits esprits, Le moindre geste fait, lorsqu’il est rempli d’amour, a une valeur d’éternité. Le plus grand de l’amour se vit dans les petits gestes. Voilà une « bonne nouvelle » pour ce temps de déconfinement.

La vocation pour la vie religieuse ou le sacerdoce implique de ne pas faire passer les liens familiaux avant ceux de la foi, ainsi nous ne manquons pas aux conditions requises de la charité chrétienne. Les liens familiaux ne peuvent pas nous rendre esclave et étouffer la vocation à laquelle nous sommes appelés. Derrière le mot « amour » peut se cacher un désir possessif de l'autre qui lui enlève sa liberté de développer sa vie humaine et chrétienne ; ou la peur de sortir du cocon familial et d'affronter les exigences de la vie et de l'appel de Jésus à le suivre. C'est cette déformation de l'amour que Jésus nous demande de transformer en un amour gratuit et généreux car, comme le dit saint Augustin : « Le Christ est venu transformer l’amour ». L'amour et l'accueil seront toujours le noyau de la vie chrétienne, envers tous et, surtout, envers les membres de notre famille, car habituellement ce sont ceux qui sont le plus proches de nous et ils constituent aussi notre « prochain » que Jésus nous demande d'aimer. Dans l'accueil des autres, il y a toujours l'accueil du Christ : « Celui qui vous reçoit me reçoit… » (Mt 11,40). Nous devons, donc, voir le Christ dans ceux que nous servons et reconnaître également le Christ serviteur dans ceux qui nous servent.

Votre frère Apollinaire-Sam SIMANTOTO

Intentions de Prière

1. Seigneur, nous Te confions les nouveaux prêtres qui seront ordonnés en France dans les jours à venir. Soutiens les tout au long de leur vie pour qu’ils puissent inlassablement témoigner de Ton Amour et de Ta présence dans nos vies

2. Seigneur nous Te confions les décideurs veillent à recréer et préserver une société juste et attentive à tous, en particulier face aux difficultés économiques et sociales qui s’annoncent.

3. Seigneur, nous Te présentons avec confiance nos préoccupations et inquiétudes de toutes sortes. Aide-nous, dans la certitude de Ton Amour, à dégager la claire vision de ce que nous devons faire et à trouver la force de l’accomplir

4. Seigneur nous te confions nos enfants dont l’année scolaire a été bien bousculée. Que cette expérience imposée, les aide à prendre conscience de la valeur du travail et des efforts nécessaires à toute progression.

Horaires des Messes

Célébrations dominicales

Ste Catherine, Richwiller
Messe du samedi soir 18h
St Maurice, Pfastatt
Pas de messe pour l'instant.
St Antoine, Bourtzwiller
Messe du dimanche 10h

Messes en semaine

Ste Catherine, Richwiller
Pas de messe pour l'instant.
St Maurice, Pfastatt
Tous les vendredis 18h
St Antoine, Bourtzwiller
Pas de messe pour l'instant.